Maison hors d’eau et hors d’air : qu’est-ce que ça veut dire ?

Un projet de construction se déroule en différentes étapes : dépôt du permis de construire, plan, viabilisation du terrain qui l’accueille et mise hors eau et hors air de la bâtisse. C’est l’étape qui fait la jonction entre les travaux de gros œuvre et les travaux de second œuvre. Nous vous disons tout sur cette phase cruciale !

Maison En Construction Entourée D'un échaffaudage
© istock

La mise hors d’eau et hors d’air : définition

La mise hors d’eau et hors d’air est souvent appelée aussi : « clos et couvert », ce qui signifie que la construction est étanche à l’eau et à l’air. Cette étape cruciale du projet est celle qui enchante les futurs propriétaires, car leur maison prend sa forme et son aspect définitifs. Elle ne risque plus de se détériorer en cas d’intempéries.

Il faut savoir que la construction d’un bâtiment est divisée en deux parties : la partie gros œuvre et la partie second œuvre. La première comprend les fondations et la construction des murs, ce qui représente en fait la structure de la maison. La seconde est celle qui permet de poser les cloisons, les planchers, les revêtements…

Entre ces deux étapes, c’est la mise hors d’eau et hors d’air qui permet de finaliser l’une et de s’attaquer ensuite au second œuvre.

La mise hors d’eau

La toiture ayant été posée de manière définitive, la maison ne risque plus d’être endommagée par les pluies ou la neige. Il faut pour cela bien entendu que tous les éléments de couverture soient parfaitement en place. C’est le cas de la charpente, de la membrane d’étanchéité et des tuiles. Cette réalisation doit permettre d’éviter l’eau stagnante sur le toit, les reflux d’eau au niveau des gouttières et les remontées d’eau.

La mise hors d’air

Elle concerne la pose des menuiseries, comprenant portes, fenêtres et baies vitrées qui rendent la maison étanche à l’air. Cette étape, comme la précédente, permet ensuite la réalisation du second œuvre qui serait impossible autrement.

Maison hors eau et hors air : la qualité de l’enveloppe

Cette étape clé de la construction d’une maison concerne en particulier toutes les parties qui sont directement exposées aux éléments extérieurs. Il s’agit notamment des fondations, des murs, des ouvertures, de la toiture qui peuvent entrainer des déperditions thermiques. C‘est pourquoi celle-ci doit être réalisée de la meilleure manière.

  • Les déperditions thermiques par la toiture peuvent être de 20 à 30 % du fait d’une isolation peu adaptée ou de fuites d’air.
  • Les déperditions par les ouvertures représentent en cas de malfaçon ou de mauvais dimensionnement de 10 à 15 %.
  • Les déperditions dues aux murs extérieurs peuvent représenter de 15 à 25 % du fait de malfaçons ou de ponts thermiques.
  • Les déperditions dues aux malfaçons ou à un mauvais traitement du sol représentent de 5 à 10 % concernant la dalle de fondation.

Il faut cependant que la chaleur soit conservée dans l’espace intérieur le plus possible, c’est pourquoi il faut accorder une grande importance aux isolants et aux matériaux choisis.

Important :
Il est également primordial de veiller à installer une bonne ventilation.

L’architecte est certainement la personne qui va pouvoir prendre en compte différents éléments, permettant une conception intelligente et donc la réalisation d’économies d’énergie sur le long terme.

Maison hors d’eau et hors d’air : l’importance de l’isolation

L’isolation de la maison conditionne le confort de vie des occupants, mais également la maitrise de leur budget en  matière de dépenses énergétiques. L’isolation choisie dépend de la structure de la maison : matériaux composites, structure bois, construction béton.

À savoir :
Si vous avez choisi pour des raisons de budget une maison livrée hors eau et hors air, vous devrez alors réaliser les travaux d’isolation, en respectant la réglementation thermique.

Les murs extérieurs

Concernant les murs extérieurs, vous pouvez passer par une isolation intérieure ou par une isolation extérieure, à laquelle s’ajoute un parement. Il faut savoir que la seconde méthode permet d’éviter les ponts thermiques. Les déperditions sont estimées à trois fois moins en cas d’isolation extérieure.

Attention :
Il faut éviter les éventuelles remontées capillaires lors de la pose du parement.

L’isolation de la toiture

La toiture est la plus importante source de déperditions de chaleur quand elle est mal isolée. Il faut faire attention à la pose de la toiture et à celle des isolants. Le plus couramment, pour assurer une bonne isolation, des parements sont posés sous les fourrures entre fermes. Il est également possible d’injecter un produit isolant sur le dernier plancher sous la toiture.

L’isolation des sols

Le sol doit être également bien isolé avant que la dalle ou le plancher ne soit posé. En général cette isolation est réalisée grâce à la pose d’un isolant de style polystyrène si la dalle a été posée sur un terre-plein.

L’isolation des parties vitrées

L’isolation de la paroi vitrée tient au type de vitrage utilisé : simple, double ou triple, mais également à la qualité du matériau. Il faut également envisager une bonne répartition de ces surfaces par rapport à l’orientation :

  • 40 à 50 % de surfaces vitrées au sud ;
  • 10 % au nord ;
  • 15 à 20 % à l’est et à l’ouest.

La livraison d’une maison hors d’eau et hors d’air

Si souvent les acheteurs optent pour l’option maison clé en main, il arrive aussi, pour des raisons budgétaires bien souvent, que la formule maison hors d’air et hors d’eau soit demandée.

Dans la première option, le projet est réalisé complètement par un constructeur qui s’occupe de la coordination des différents corps de bâtiment intervenant dans la construction. Souvent, les futurs propriétaires conservent quelques finitions qu’ils souhaitent réaliser comme les peintures ou la pose du revêtement de sol.

D’autres acheteurs misent plutôt sur la construction limitée à l’option hors air hors eau, et dans ce cas, seuls les travaux de gros œuvre sont réalisés et coordonnés par le maitre d’œuvre. Il reste alors aux futurs propriétaires à réaliser tous les travaux de second œuvre, ainsi que les finitions.

L’atout de cette formule réside principalement dans la baisse du prix du projet immobilier. Parfois, les acheteurs n’ont pas d’autre choix quand ils ne peuvent pas emprunter la somme nécessaire à une construction clé en main.

Cette formule concerne également des personnes qui sont des professionnels des travaux de second œuvre et qui souhaitent mettre leur expérience au profit de leur future habitation. Certains connaissent les corps de métier nécessaires et d’autres souhaitent s’essayer à certains travaux comme l’électricité, la plomberie, les peintures, etc.

Cette formule est très intéressante, car elle permet de belles économies, mais elle demande un véritable engagement que ce soit pour le suivi des travaux ou pour leur réalisation. Il faut également se renseigner sur les différentes normes à respecter suivant la nature des travaux.

Après la mise hors eau et hors air de la construction, voici les travaux qui doivent être effectués :

  • Le second œuvre : il concerne les travaux d’électricité, de gaz, de plomberie, de chauffage, de climatisation, la pose des cloisons, l’isolation acoustique et thermique, etc. Ces travaux seront réalisés sereinement grâce à une maison saine, isolée et imperméable.
  • les travaux de finition : il s’agit de la pose des différents revêtements muraux et des sols : carrelages, parquets, peintures, papiers peints… C’est le cas aussi concernant l’installation  de la pose d’éléments de cuisine, mais également des revêtements extérieurs comme l’enduit.
Vivre Mieux

1258

Aucun commentaire à «Maison hors d’eau et hors d’air : qu’est-ce que ça veut dire ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires