La préparation du sol avant de semer du gazon

Semer sa pelouse n’est pas un geste compliqué, mais un travail préparatoire s’impose. Si vous faites abstraction de cette tâche, la réussite de votre semis risque d’être compromise. Alors ne perdez plus une seconde et attelez-vous à la préparation du sol en suivant nos conseils.

préparation du sol pour planter la pelouse
© istock

Le désherbage

Avant de semer votre pelouse, il est impératif de vous débarrasser des mauvaises herbes. Tout d’abord, utilisez la débroussailleuse pour faucher les herbes hautes. Puis, le désherbage s’opère de façon manuelle lorsqu’il s’agit d’une petite surface. Sinon, privilégiez un désherbant systémique si vous avez une surface plus conséquente.

En vous y prenant à l’avance, le désherbage par solarisation reste une option intéressante en utilisant une bâche épaisse afin de recouvrir le sol recevant les futurs semis.

L’amendement du sol

Cette fois-ci, le travail reste spécifique en fonction de la nature de votre terrain. Mais une fois de plus, l’opération reste indispensable pour que votre pelouse pousse dans les meilleures conditions. Si le sol est trop lourd, vous éprouverez les plus grandes difficultés à le travailler et l’humidité risque d’être stagnante, impactant directement la qualité de la pousse.

Un sol trop sableux empêche les éléments nutritifs de rester et c’est également le même constat concernant l’eau. Une terre trop calcaire sèche facilement et une fois de plus, vous privez votre pelouse des éléments nutritifs essentiels. Enfin, un sol trop acide favorise l’apparition des herbes indésirables et plus particulièrement de la mousse.

Voilà pourquoi, une analyse approfondie du terrain reste recommandée. Un sol trop lourd se corrige en apportant du terreau ou du compost. L’apport de compost, de terreau et de tourbe est un impératif sur un sol sableux. Pour un sol calcaire, déversez du fumier ou du terreau de feuilles. Pour un sol acide, la chaux demeure un élément indispensable.

Dans tous les cas, l’ajout d’un engrais permet de favoriser la pousse de votre pelouse en stimulant sa croissance, tout en augmentant ses défenses face à l’excès d’humidité et à la sécheresse.

Le labourage

Le labour rend la terre homogène et favorise l’aération. De plus, l’opération reste nécessaire pour enfouir les engrais et vous débarrassez des mauvaises herbes. Lorsque vous le pouvez, attardez-vous sur ce travail deux semaines avant de planter votre pelouse. De cette façon, votre terrain disposera de suffisamment de temps pour se stabiliser.

Travaillez toujours en fonction de la météo en évitant une terre trop sèche ou à l’inverse trop humide. Le labour s’effectue sur 20 cm de profondeur avec une bêche si vous n’avez qu’une petite surface à couvrir. Au-delà de 100 m², l’utilisation d’un motoculteur reste indispensable. Réglez-le à petite vitesse en réalisant un premier passage et un second en croisé.

Au cours de cette étape, n’hésitez pas à retirer les souches et les pierres déjà présentes sur votre terrain, car ces éléments risquent d’abîmer votre tondeuse au cours des prochaines tontes.

Le nivelage de la terre

Munissez-vous d’un râteau pour vous débarrasser des bosses et des creux sur votre terrain. Si vous observez la présence de trous imposants, utilisez une pelle pour corriger le problème. Une opération à réaliser sept jours avant le semis et systématiquement par temps sec. Une fois de plus, n’oubliez pas de vous débarrasser des derniers éléments indésirables.

La préparation du terrain avec le râteau et le rouleau

Lorsque les conditions météorologiques sont favorables, tassez le sol en passant le rouleau sur les surfaces conséquentes. Si vous n’avez que quelques mètres carrés, vous pourriez utiliser une simple planche de bois. Pour terminer votre travail, passez un coup de râteau afin d’affiner la surface du sol. À ce stade, vous n’avez plus qu’à semer votre pelouse.

Comment semer correctement la pelouse ?

Pour obtenir un semis homogène, appliquez un passage croisé. Vous semez dans un sens, puis vous repassez à la perpendiculaire. En même temps, épandez un engrais organo-minéral pour favoriser la croissance des graines. Enfouissez les graines sur une profondeur d’environ 2 cm. Une fois les semis réalisés, vous n’avez pas besoin d’arroser lorsque le sol est encore frais.

Quelle est la meilleure période pour semer du gazon ?

Comme vous le voyez, le travail préparatoire n’est pas complexe, mais il est primordial de respecter chaque étape. Dans l’année, il existe deux périodes propices pour planter votre gazon. La première commence au début du printemps, c’est-à-dire entre la mi-mars et la mi-juillet. Puis durant la période automnale, c’est-à-dire au début du mois de septembre jusqu’à la mi-octobre.

Bien évidemment, vous adaptez les semis en fonction des conditions météorologiques. Vous semez uniquement par temps sec en évitant les périodes trop humides et trop sèches. En respectant ces différentes règles, vous n’aurez aucun mal à obtenir un gazon en totale adéquation avec votre terrain et vos envies.

Vivre Mieux

1258

Aucun commentaire à «La préparation du sol avant de semer du gazon»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires