Tout savoir sur la VMC hygroréglable pour la ventilation de votre intérieur

Dans les logements, un taux d’humidité élevé crée des conditions idéales pour le développement des acariens et des moisissures. A l’inverse, un taux d’humidité très faible assèche excessivement le bâti, ce qui peut provoquer des fissures, ainsi qu’une irritation des muqueuses chez les occupants. La VMC hygroréglable a été conçue pour assurer une ventilation optimale, avec un taux d’humidité équilibré, propice à la santé. *

vmc dans la salle de bain
© istock

VMC Hygroréglable : qu’est-ce que c’est ?

Principes de la ventilation hygroréglable

La ventilation hygroréglable présente une avancée technique importante. Elle permet d'adapter automatiquement et de manière purement mécanique les flux d'air aux besoins réels, en fonction de l’humidité des pièces.

L'humidité relative de l'air ambiant joue un rôle central dans son fonctionnement. Elle est provoquée principalement par les activités humaines au sein de l'unité d'habitation : respirer, se doucher, cuisiner, etc. contribue à produire de la vapeur d’eau. Ainsi, plus il y a de personnes présentes dans une pièce, plus l’humidité relative de l’air augmente.

La VMC hygroréglable combine une ventilation en continu, à laquelle vient s’ajouter un flux d’air additionnel déterminé en fonction de l’humidité. Vous n’aérez donc jamais plus qu’il ne faut et vous économisez de l’électricité.

Les différents types de VMC hygroréglables

Il existe principalement deux types de VMC hygroréglables.

  • La VMC hygro de type A se caractérise par une entrée d’air fixe, mais des bouches d’extraction variables ;
  • à l’inverse, la VMC hygro de type B a des bouches d’extraction et des entrées d’air variables.

Comment fonctionne une VMC hygroréglable ?

Régulation des sections d'ouverture

La ventilation hygroréglable repose essentiellement sur la régulation des sections d'ouverture des diffuseurs d'air et éléments d'évacuation au moyen des capteurs d'humidité mécaniques. Plus la section d'ouverture est grande, plus les quantités d'air entrant ou sortant sont élevées. Plus la section transversale est petite, plus le volume d'air est faible. En fonction des besoins du logement en air frais, la VMC hygroréglable pilote donc les ouvertures et les bouches de ventilation.

Fonctionnement du capteur d'humidité

Le capteur d'humidité pilote les éléments de soufflage et d’extraction hygroréglables. Certaines substances changent de longueur en fonction de la teneur en eau de l’environnement. Si l'humidité de l'air augmente, ces substances se dilatent. Si elle diminue, la substance se contracte.

Les bandes hygrométriques en polyamide utilisées dans les éléments d'entrée et de sortie d'air orientent les clapets en se basant sur ce principe. Elles déterminent ainsi le flux d'air en fonction de l'humidité relative de la pièce concernée. De plus, grâce à une correction thermique, les clapets d'ouverture agissent indépendamment des conditions météorologiques extérieures.

Caractéristiques du capteur d'humidité

Le capteur d'humidité est équipé de bandes hygrométriques en polyamide afin de commander un ou plusieurs clapets manière purement mécanique et sans courant électrique. Le capteur est isolé de l'air entrant ; seule l'humidité de l'air dans les pièces intérieures est mesurée. Cette indépendance de mesure est également garantie lorsque l'humidité de l'air est faible, comme c'est le cas pendant les mois d'hiver où le chauffage est branché.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une VMC hygroréglable ?

La VMC hygroréglable ventile le logement en fonction des besoins et s’adapte à l’humidité ambiante. Elle présente donc de nombreux avantages par rapport à une ventilation en continu.

Les avantages

  • Une aération automatisée, sans intervention des occupants
  • Une ventilation indépendante des différentes pièces
  • Une aération adaptée à l’occupation et à l’utilisation effectives des pièces
  • Une régulation qui s’appuie sur des critères pertinents : humidité relative de l’air, concentrations en CO2, concentration en COV, détecteur de présence
  • Economies d’énergie
  • Réduction des pertes de chaleur dues à la ventilation
  • Durée de vie plus longue de l’appareil grâce à un fonctionnement optimisé
  • Entretien facile

Les inconvénients

  • Plus chère à l’achat qu’une VMC autoréglable
  • Plus fragile, elle demande des manipulations prudentes.

Comment installer et entretenir une ventilation mécanique hygroréglable ?

Étapes de l’installation

Plusieurs étapes sont nécessaires à l’installation d’une ventilation hygroréglable. On pose tout d’abord les bouches d’extraction et on ménage les entrées d’air. Les bouches destinées à l’extraction de l’air sont installées dans les pièces d’eau, salle de bain et cuisine. A l’inverse, les pièces comme la chambre à coucher ou le salon sont dotées de bouches d’insufflation.

Une fois les bouches en place, l’installateur pose les conduits d’évacuation dans un caisson, en hauteur. Il peut aussi passer par les combles perdus. Une isolation de ces combles est souhaitable. L’artisan raccorde les bouches aux conduits d’évacuation, puis pose le moteur dans les combles. En choisissant un professionnel RGE, vous pouvez bénéficer d’aides dans le cadre de Ma Prime Renov.

Comment choisir sa VMC hygroréglable ?

S’agissant d’une installation complexe, mieux vaut faire appel à un artisan. Ce dernier vous propose le modèle le mieux adapté à votre logement. Les modèles de type B sont à privilégier, ce sont ceux qui vous permettront d’optimiser votre ventilation tout en économisant de l’énergie. La VMC hygro type B est conforme aux dernières normes et réduit les déperditions thermiques. C’est pourquoi ce type de VMC est préférable aux modèles autoréglables et aux VMC hygro de type A.

Quel est le prix d’une VMC hygroréglable ?

Le prix d’une VMC hygroréglable simple flux varie entre 450 et 1700 euros, selon les modèles.

  • Modèle de type A : 400 à 700 euros environ
  • Modèle de type B : de 600 à 1700 euros environ

Une VMC double flux est plus onéreuse : entre 3500 et 5500 euros.

L’entretien de votre VMC hygroréglable

L’entretien courant d’une VMC hygroréglable passe par le dépoussiérage régulier (une à deux fois par an au minimum) des différentes bouches d’aération. La VMC n’a pas besoin d’un autre entretien. Elle peut cependant présenter des dysfonctionnements nécessitant l’intervention d’un professionnel.

Vivre Mieux

1265

Aucun commentaire à «Tout savoir sur la VMC hygroréglable pour la ventilation de votre intérieur»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires